On entend souvent

Rubrique : "On entend souvent..."


 

On entend dire parfois: “La Bible ne doit pas être prise à la lettre. Pour un même texte, il y a différentes interprétations possibles…”

 

– Si je demande à mon fils de mettre la table immédiatement, il peut faire la sourde oreille, ou désobéir. Mais en tout cas, l'ordre est clair, et ne donne lieu à aucune interprétation.

 

La Bible dit: “Dieu… ordonne maintenant aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent” (Actes 17. 30). C'est un ordre, il est valable maintenant, partout, et pour tous. N'est-ce pas clair, indiscutable?

 

– Si je tends un cadeau à mon ami, en disant: “Tiens, c'est pour toi”, se demandera-t-il comment il doit interpréter mes paroles?

 

La Bible dit encore: “Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle” (Jean 3. 16). Il s'agit d'un cadeau, pour celui qui croit en Jésus. Faut-il interpréter ce texte, ou le croire simplement?

 

Soyons prudents pour interpréter les versets de la Bible. Nous risquons d'y mêler nos pensées et de nous soustraire à son message. Nous pourrions passer à côté des certitudes que Dieu veut nous donner. Si nous ne pouvons croire Dieu, qui croirons-nous alors?

 

La question pourrait bien être celle-ci: suis-je prêt à écouter ce que Dieu veut me dire?

 

La Bible contient, il est vrai, des passages difficiles. La Parole de Dieu nous dépasse. Mais Dieu a veillé à nous indiquer clairement le chemin pour aller à lui: “Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé” (Actes 16. 31). Dieu parle pour être compris, et il tient toujours ses promesses.

 

 

 

adapté de « la Bonne Semence »



On entend souvent dire :

 

« Les récits bibliques et donc la Bible ne sont pas fiables, ils racontent en effet toutes sortes de miracles que la science récuse absolument. »

 

 

    Cette logique s'est imposée à plusieurs dès le Siècle des Lumières où l'on a commencé à dire que les miracles étaient incompatibles avec une vision rationnelle du monde. En fait on affirme ainsi que la science aurait prouvé qu'un miracle ne peut exister. A y regarder de plus près, cela veut dire que rien ne peut exister en-dehors de ce que la science peut appréhender, mesurer. Affirmer cela est un article de foi majeur que rien ni personne ne peut prouver! Ce n'est pas du tout une découverte scientifique, c'est un présupposé philosophique.

 

    Derrière cette affirmation se cache l'hypothèse qu'il n'y a pas de Dieu créateur, capable d'intervenir souverainement, parfaitement libre par rapport à ce qu'il a créé. Cela aussi est un article de foi, absolument impossible à prouver. Mais s'il existe, l'existence de miracles n'a plus rien d'illogique. 

 

    Non, Dieu ne se prouve pas, il ne dépend pas d'une démonstration de l'esprit de l'homme qu'il a lui-même créé, mais, et c'est merveilleux, il est prêt à se laisser trouver par celui qui le cherche.

 

    Et pourquoi ne tenteriez-vous pas l'expérience?



On entend souvent ....

« Le principal obstacle à la paix sur Terre, ce sont les religions »

Beaucoup l'ont pensé en effet, à tel point que des efforts massifs ont été déployés au XXème siècle pour en finir avec ce problème. La Russie soviétique, la Chine communiste, les Khmers rouges ont décidé d'encadrer étroitement la pratique religieuse,voire de l'éradiquer afin de l'empêcher de diviser la société ou d'affaiblir le pouvoir de l'Etat. Cependant cela n'a conduit qu'à plus d'oppression et de violence. Comme le dit un historien: « le XXème siècle a donné naissance à l'un des plus grands paradoxes de l'histoire de l'humanité: les manifestations les plus terribles d'intolérance et de violence ont été le fait de ceux qui croyaient que la religion provoquait l'intolérance et la violence ». Alors, où est la racine de la violence, de l'intolérance? Sans aucun doute dans le cœur humain, à tel point que même une religion peut servir de terreau au développement de mauvaises graines. L'histoire française nous en fournit malheureusement de tristes exemples, et pas seulement dans le temps de l'obscurantisme médiéval.

Mais voilà, être chrétien, ce n'est pas avoir son nom sur un registre, ce n'est pas adhérer à un ensemble de dogmes, ce n'est pas se plier à une certaine pratique religieuse, c'est avoir reçu une nouvelle vie, c'est avoir le cœur changé par l'Esprit de Dieu, selon ce que Dieu a promis : « je vous purifierai.... je vous donnerai un cœur nouveau...je mettrai mon Esprit en vous.. ». (La Bible – Ezéchiel chapitre 36)